pour les dates de stages, veuillez consulter le site

pour les dates de stages, veuillez consulter le site

STAGE CUISINE

STAGE CUISINE

Le jardin d'Hélène vous invite à remettre au goût du jour
les connaissances ancestrales des plantes sauvages,
sous la forme de stage de 1 à 7 jours, d'ateliers culinaires,
de conférences et de sorties nature.

Pour tous renseignements n'hésitez pas à me contacter au 03 23 60 24 34,

ou par mail
jardinhelene@orange.fr

mercredi 22 avril 2015

Pesto et crèmes aux saveurs sauvages

Pesto et crèmes aux saveurs sauvages à déguster au Jardin d'Hélène lors des stages de cuisine.
http://www.stagescuisineplantessauvages.com/

lundi 20 avril 2015

Cake à l'ail des ours

200 gr de farine de petit épeautre
3 œufs
100 ml d'huile d'olive
100 ml de lait de soja
1 cuillère à café de bicarbonate
100 gr de tome de brebis
une dizaine de feuilles d'ail de ours ou deux cuillères à soupe d'ail des ours séchée
20 gr de pistaches natures
sel, poivre

Mélanger la farine, bicarbonate, les œufs, l'huile et le lait, ajouter les autre ingrédients.
Faire cuire à 180 environ 45 minutes dans un moule à cake beurré.

samedi 18 avril 2015

Tisane d'un soir

Tilleul, aspérule odorante, verveine

jeudi 16 avril 2015

petits gâteaux salés aux graines

250 gr de farine de blé
1 cuillère à café de bicarbonate
60 gr de beurre mou
120 ml d'eau
2 cuillères à soupe de graines d'orties
Mélanger la farine avec le bicarbonate, ajouter le beurre puis l'eau.
Former une pâte, rajouter les graines.
Préparer des petits gâteaux sur du papier sulfurisé à mettre au four à 180 pendant 20 minutes.

mardi 14 avril 2015

dimanche 12 avril 2015

vendredi 10 avril 2015

jeudi 9 avril 2015

"Et maintenant, homme, sais-tu pourquoi tout parle?
Ecoute bien. C'est que vents, ondes, flammes,
Arbres, roseaux, rochers, tout vit! Tout est plein d’âmes. "
Victor Hugo, Les contemplations

mercredi 8 avril 2015

Les Arbres



Pour les Romains les enfers étaient protégés par des forêts sacrées. 
La forêt est la limite entre l'Ici et l'Ailleurs. 
Au moyen-age les brigands, les fous,les lépreux,les proscrits ,les ermites et les persécutés s'y réfugiaient 
C'est aussi le mythe de Robin des bois. 
A tel point qu'à partir du concile de l'an 452 ,l'Eglise lutta contre cette pratique ainsi que contre le culte trés ancien de l'Arbre et des forêts consacrées aux démons.(Sabbats dans les forêts). 
La verticalité des fléches de cathédrales semblent d'ailleurs vouloir remplacer celle des arbres majestueux qui unissaient les hommes au Ciel. 
L'arbre est un symbole d'équilibre entre la terre et le Ciel. 
Il contribue par son fonctionnement à maintenir cet équilibre.

lundi 6 avril 2015

" Le miracle se glisse sans bruit dans l'esprit qui fait halte un moment et se tait."
Ruth Fischel

vendredi 3 avril 2015

Le coucou


Qui ne connaît pas cette plante sauvage, c’est la première fleur qui annonce le printemps d’ailleurs c’est ce qui lui a valu son nom latin prima = première veris = du printemps.
Étant enfant, lors des premières promenades printanières je revenais toujours avec un bouquet de coucou.
Mais à l’époque je ne connaissais pas ses vertus et quelles vertus, je fus très surprise quand j’ai découvert qu’elle cachait tant de secrets.
Et d’ailleurs à notre époque elle n’est guère utilisée, ce qui est bien dommage. J’ai surtout employé sa racine pour venir à bout de bronchites rebelles.
On peut mélanger la primevère avec d’autres plantes comme le thym, guimauve, réglisse, anis vert.
La primevère est une jolie plante très commune dans les prés, les pâturages, les clairières, les broussailles et le long des routes.
La primevère officinale, plus connue sous le nom de coucou, est une petite plante herbacée vivace de 10 à 30 cm de haut.
On confond plusieurs espèces de primevères mais elles possèdent les mêmes propriétés médicinales, la Primevère commune ou acaule (Primula vulgaris) et la Primevère élevée (Primula elatior ).
Une longue tradition médicinale venant de l'Antiquité considère la primevère comme le remède spécifique de la paralysie.
Au moyen âge, Sainte Hildegarde la préconisait à cet effet, mais également pour lutter contre la mélancolie et l'apoplexie.
Geoffroy la considérait utile contre les migraines et les vertiges des jeunes filles à leurs premières menstruations.
L’abbé Kneipp la préconisait contre l’arthrite.
Matthiole dit qu’elle est bonne pour la goutte, pour rompre la pierre des reins et de la vessie, ainsi en décoction avec la sauge et la marjolaine pour combattre les affections des nerfs et du cerveau, la paralysie et le tremblement des membres.
Linné de son coté disait que les fleurs étaient sédatives, calmait la douleur et provoquaient le sommeil.
Ray, Bartholin et Lieugaud les utilisaient dans l’hystérie, l’apoplexie, les maux de tête, les vertiges, l’insomnie et les contractions nerveuses de l’estomac.
Les fleurs de primevère ont aussi des propriétés béchiques utiles en cas de rhumes .
La racine dit le Dr Leclerc a le pouvoir d’augmenter les sécrétions salivaires et bronchiques. Elle favorise donc l’expectoration et elle est très recommandée dans les bronchites, pneumonie et la coqueluche. 
Le docteur Chomel, médecin de Louis XV, disait qu'elle guérissait surtout la paralysie de la langue et le bégaiement.
Presque oubliée au XIXe siècle, elle fut redécouverte au XXe siècle, dans les cliniques viennoises, comme expectorant et diurétique.
Les fleurs ont une activité diurétique, sédative et antispasmodique. Elles sont par ailleurs anti-prurigineuses et sudorifiques.
On recommande leur emploi contre l'insomnie, les palpitations, les vertiges et les névralgies.
La racine présente des propriétés expectorantes, antitussives, diurétiques et anti-rhumatismales, on lui reconnaît également des vertus laxatives et anti-prurigineuses. Elle a en outre des activités antibactériennes et antifongiques. La fleur et la racine sont traditionnellement utilisées en usage local comme traitement d'appoint adoucissant pour calmer les démangeaisons des affections cutanées (crevasses, gerçures, écorchures), contre les piqûres d'insecte.
Elles sont encore traditionnellement employées dans le traitement symptomatique de la toux et pour l'hygiène buccale.
En cosmétique, les extraits de fleur et de racine de primevère ont des propriétés hydratantes, adoucissantes et reminéralisantes.
Ils sont par ailleurs un excellent agent anti-couperose.
Les extraits de racine de primevère sont de plus considérés comme détergents et antiseptiques.
Ses feuilles se mangent en salade. Les feuilles servent aussi en cataplasmes pour la goutte, les douleurs musculaire et articulaires, en lotion pour nettoyer les plaies et les petites hémorragies.
Sa racine, à odeur de girofle, contribue dans certains pays à aromatiser la bière.
De ses fleurs, on fait un gâteau et les gitans en élaborent un vin délicieux aux propriétés reconstituantes.
lu et aimé sur le blog l'herboriste

jeudi 2 avril 2015

conserver l'ail des ours

La fleur d'ail des ours est en bouton, il faut en consommer tous les jours, c'est un antiseptique intestinale et pulmonaire, préventif des infections, hypotenseur, vermifuge, lutte contre l'anémie, draine les métaux lourds, diminue l'acide urique, en résumé c'est un dépuratif sanguin qui est en plus délicieux dans une multitude de recettes.
Il contient de la vitamine C, B1, B2, E, du soufre, silicium, fer, manganèse, zinc, sodium, cuivre.
Malheureusement il ne va pas tarder à disparaître pour laisser la place à d'autres plantes.
Pour le conserver, vous pouvez le mettre au congélateur ou le transformer en pesto.

Ramasser votre ail des ours, le laver et bien l'essuyer. Hacher finement et le mélanger à de l'huile d'olive, en proportion égale. Mettre au réfrigérateur dans des petits pots.